26 oct. 2017

Les sables mouvants















8 commentaires:

  1. Bonjour,

    Ton post définit parfaitement un gros problème, qui me fait peur par rapport à l'une de mes deux puces qui est très sensible et passe ses récréations seule. Personne ne lui fait de mal pour le moment, heureusement, mais elle n'est qu'en maternelle.

    Est-ce que tes parents ont réussi à t'aider ? Et si ce n'est pas le cas, qu'aurais tu attendu qu'ils fassent pour que tu puisses te sentir mieux à l'école ?

    Merci !

    PS : "Lâche ton com' et deviens le roi de la récré ! " ah ah quelle ironie :)

    RépondreSupprimer
  2. Ton article est très intéressant, merci !

    J'ai juste une remarque sur le dessin titré "qui sait ce qu'il peut se passer ?", on dirait une échelle de valeurs, où la violence physique se place au dessus du reste. J'ai bien conscience que ce type d'agression est très grave, mais le harcèlement moral peut l'être tout autant à sa façon. Enfait j'écris ça car quand j'étais ado, les profs ne nous informaient que sur les agressions physiques (racket et co), et donc je n'imaginais pas qu'une autre forme de harcèlement eh bien... soit du harcèlement aussi. Du coup je ne me sentais pas légitime à me sentir harceler (du genre à me dire "non mais personne ne me frappe, alors ça ne sers à rien de parler de ce que je subis, personne ne me comprendrais") et je commence seulement à comprendre une fois adulte ce qui se passait vraiment. Et l'importance de bien informer les enfants/ados comme tu le fais, parce que dans certains cas comme tu le dis, ça conduit à des traumatismes et suicides...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (je me réponds à moi même, pardon)
      Après peut être que j'ai ce point de vue là juste parce que j'ai eu la chance de n'être pas agressée physiquement, et qu'en effet c'est un type de violence bien plus grave. Je ne sais pas trop...

      Supprimer
  3. J’ai eu le même sentiment enfant et ado, même si je me visualisais plus comme un caillou immobile au milieu de la rivière, et de ne jamais réussir à rentrer dans le courant et suivre… la vie. Avec des moment à la surface, et d’autres ou une vague m’emporte, me ballote, me fait couler, et de n’avoir aucune prise pour me rétablir.
    Aujourd’hui adulte, j’ai beau me creuser la tête, je ne comprends pas pourquoi j’étais comme ça. Différente. Je n’arrivais pas à m’adapter. J’ai eu ce sentiment dès la maternelle; pas aussi fort, il a pris de l’ampleur au fil des années, mais d’être en décallage. Pourtant à la maison ça allait, et je ne viens pas d’un milieu défavorisé ou quoi.
    Et aujourd’hui, même si je m’adapte mieux, j’ai encore parfois des difficultés. Une phrase prononcée il y a quelques mois m’a particulièrement marqué: « c’est comme si tu vivais dans un monde sans connaître les règles du jeu. » Il faudrait penser à les écrire quelque part, ces règles, et les partager !! Même si je ne suis pas sure que les relations sociales s’aprennent, et qu’il y ait des équations pour trouver sa place dans le monde…
    Au final, j’ai juste l’impression d’être née comme ça. Sur une longueur d’onde différente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey Mel. Essayez peut être de lire ce livre : https://www.amazon.fr/gp/aw/d/2738120873/ref=mp_s_a_1_1?__mk_fr_FR=ÅMÅZÕÑ&qid=1509375968&sr=8-1&pi=AC_SX236_SY340_FMwebp_QL65&keywords=trop+intelligent+pour+être+heureux&dpPl=1&dpID=518UV3ITJYL&ref=plSrch

      Vous pourriez vous y reconnaître

      Supprimer
  4. Toujours un plaisir de lire ce que tu partages ici, merci !

    RépondreSupprimer
  5. J'aime beaucoup ton blog et je suis toujours contente quand il y a un nouvel article! Par contre, même si je suis globalement d'accord avec toi, je ne pense pas que l'école soit très différente du monde du travail ( et du reste de la société ). On m'a toujours dit que le pire c'était le collège, que le lycée se serait mieux, puis la fac encore mieux, ( alors que pour moi, ça n'a vraiment pas été le cas... ) avec l'idée quand dans le monde du travail ça ne se passait pas comme ça.... Ben en fait si, il y a le même mépris, le même harcèlement, les même moqueries ( enfin de ce que j'ai constaté personnellement, alors c'est peut être qu'un point de vu ) c'est juste plus subtile en fait, parfois moins direct, avec plus de manipulation mais j'ai vraiment vu des choses semblable et des bouc émissaires exactement comme à l'école. Alors peut être qu'on fait comme si ce n'était pas pareil simplement parce qu'on s'est habitué, je ne sais pas... Mais au final, ça peut être tout aussi destructeur....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha je ne dis pas le contraire :) Simplement, je n'en parle pas parce que je ne saurais pas de quoi je parle, vu que je n'ai pas connu ça (je travaille globalement de chez moi) et surtout, il y a une différence notable : tu y es adulte. Je ne dis as que c'est moins grave, je dis simplement que les traumas d'enfance s'implantent encore plus profondément, et ont tendance à rester sous-jacents. Alors oui, quand les traumas adultes viennent s'y ajouter, je ne doute pas de la capacité destructrice du mélange...

      Supprimer

Lâche ton com' et deviens le roi de la récré !